Recherche sur le site



 ↑
Calendrier
 ↑
Flux RSS
SPANC
 ↑
Gaz de schiste et l'eau
 ↑
Connexion...
 Liste des membres Membres : 6

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 2

Total visites Total visites: 214056  

Webmaster - Infos

Ip : 54.83.78.132

 ↑
Le Progrés - Dans l'Ain : Prix de l'eau : l'hist oire d'une facture de plus en plus salée
 
En 2008, la distribution et le traitement de l'eau ont encore coûté cher aux habitants de l'Ain.
Très cher pour certains.

L'eau est chère, précieuse même. Inutile de procéder à de savants calculs pour s'en apercevoir. Les factures sont éloquentes : la hausse du prix de l'eau est constante depuis de nombreuses années (27 % entre 1995 et 2001, selon l'Agence de l'eau). Et 2008 n'a bien évidemment pas échappé à la règle.
Quels sont les moyens pour éviter de boire la tasse? Des foyers récupèrent l'eau de pluie et la traitent. De nombreux usagers font surtout la chasse au gaspillage. Du coup, la facture perd un peu de son goût d'eau salée. Malin et écolo. Sauf qu'à mesure que les foyers réalisent des économies, les distributeurs voient leurs rentrées d'argent s'évaporer. Conséquence, pour financer leurs investissements, ils recourent à une augmentation.
Dernier exemple en date à Bourg-en-Bresse (régie municipale). Fin décembre, le conseil municipal a voté trois mesures : une augmentation de deux centimes du m3 d'eau potable, une hausse de 20 centimes sur la location du compteur et la création d'un abonnement (8 euros) pour faire face à ses dépenses et pouvoir investir. Pourtant, les Burgiens n'ont pas abusé de leurs robinets (baisse de 1 % de la consommation en 2007)…
Un rapport du Syndicat intercommunal des eaux de la région d'Ambérieu sur l'exercice 2007 fait apparaître une augmentation de la facture moyenne de 2,7 %. Dans le département, le m3 (TTC et abonnement inclus) se situe dans une large fourchette allant de 1,5 à 4 euros.
Les bons élèves sont notamment localisés dans le Valromey, alimenté par des régies municipale ou syndicale (moins de 2 euros le m3 en moyenne(1)). Des tarifs plus élevés sont appliqués dans des secteurs comme ceux de Malafretaz ou Pont-d'Ain (plus de 3 euros le m3 ). Rares sont les habitants de l'Ain qui ont eu le plaisir de payer moins cher cette année…
Il ressort de travaux parlementaires, et d'une analyse d'UFC-Que Choisir réalisée en 2007, qu'une gestion publique de l'eau, qui n'a pas par essence vocation à générer des profits, martyrise moins le porte-monnaie des habitants. Paris a d'ailleurs récemment remunicipalisé la gestion de l'eau. Une mesure également adoptée à Belley (lire par ailleurs).
Sans aller jusque-là, la Communauté urbaine de Lyon (Courly) a obtenu début 2008 une baisse de 16 %, dans le cadre de la révision quinquennale de son contrat avec Véolia. Un signal fort qui montre aux collectivités qu'il existe des leviers, même si, faute de moyens, les plus petites d'entre elles ne peuvent assumer et garantir seules l'approvisionnement. En attendant une improbable baisse généralisée, la région Rhône-Alpes et l'Ain restent, à l'échelle nationale, plutôt épargnés par la flambée des prix. Grâce à d'importantes ressources souterraines et à une pollution limitée de celles-ci.
Antoine Delsart

Note
(1) TTC, abonnement inclus, pour une consommation qui avoisine les 100 m3.
Pour en savoir plus, //ddaf.ain.pref.gouv.fr/ode/

 

« Faire baisser le prix du m3 d'ici 5 ans »
Alain Pasqualin, adjoint au maire de Belley chargé de la gestion de l'eau
>> La municipalité de Belley est en train de remunicipaliser la gestion de l'eau. Pourquoi?
D'abord pour offrir le meilleur service au meilleur prix. Ensuite pour reprendre la main en matière d'entretien et d'investissement sur le réseau. Et enfin, préserver la ressource et réaliser des économies.
>> Quelles étaient les lacunes des contrats d'affermage successifs?
Après un diagnostic, tout le monde s'accorde à dire que les réseaux d'eau potable souffrent d'un mauvais entretien : sur 100 litres d'eau distribués, seuls 60 arrivent jusqu'aux robinets; le reste se perd en cours de route… Les sociétés se contentent souvent du minimum vital pour ne pas trop grever leurs résultats. Un produit comme l'eau ne devrait pas relever d'une gestion privée. Je trouve choquant qu'on puisse faire des profits avec ça.
>> Réparer ces réseaux va coûter cher…
Oui, durant les trois premières années, il va falloir amortir cet investissement. Mais nous nous sommes fixé une baisse du prix du m3 (de l'ordre de 10 %) d'ici 5 ans.
>> Quelles sont les autres vertus du retour à la régie municipale?
L'objectif est d'arriver à une gestion intercommunale. Ce sera la tendance des dix années à venir. Enfin, il faut sortir de l'ancienne logique qui veut que plus on consomme, plus le prix moyen de l'eau baisse. Nous allons développer une tarification plus incitative.

 

Des relevés détaillés mais pas toujours limpides
Plus ou moins détaillée, la facture d'eau se divise en trois parties : la distribution (le m3 d'eau potable consommé plus, dans certains cas, l'abonnement), l'assainissement (le coût du m3 d'eau traitée) et les frais des organismes publics. Cette dernière a évolué entre 2007 et 2008, se scindant en deux redevances versées à l'Agence de l'eau (lutte contre la pollution et modernisation des réseaux de collecte). Au passage, elle a aussi pris de l'embonpoint, le m3 étant facturé parfois 10 centimes plus cher.
Pour le consommateur, les seules boussoles sont sa consommation et le montant TTC à régler. Gare à celui qui veut comparer sa facture avec l'ami qui habite à 50 km… L'observatoire de l'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée et Corse préconise de se baser sur une facture moyenne de 120 m3/an par abonné, pondérée par la densité de population. Et l'Institut français de l'environnement (IFEN) rappelle que la disparité des tarifs peut s'expliquer par la proximité de la ressource, son mode de captage et sa qualité.


Date de création : 14/01/2009 @ 23:15
Dernière modification : 14/01/2009 @ 23:15
Catégorie : Le Progrés
Page lue 1995 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^